DE L’IMPORTANCE DE LA TRANSMISSION…

La transmission de la première entreprise/création demeure aujourd’hui un enjeu majeur, aussi bien au plan individuel et familial que collectif et sociétal.

Chaque entreprise – de la plus petite des TPE à la plus accomplie des ETI – se trouve en danger dès lors que son ou ses dirigeants parviennent à l’âge de la transmission. Et avec elle non seulement leur oeuvre et leur patrimoine, mais aussi l’emploi et le développement du territoire concerné.

Le risque est grand en effet que les plus petites entreprises ne trouvent pas de repreneur*, pour disparaître purement et simplement, avec les emplois qu’elles ont créés. Tandis que les plus grandes seraient rachetées par des concurrents, des grands groupes ou des fonds d’investissement, mais dans des logiques plus tactiques ou financières qui ne garantissent par nature aucun respect de l’identité d’origine ni le projet futur.

* On estimerait le marché de la cession à 60 000 entreprises par an, dont 30 000 ne trouveraient pas de repreneurs, détruisant au moins 37 000 emplois (Le Figaro Economie, 16 mars 2018).

PRÉPARER AU MIEUX LA TRANSMISSION…

Pour le dirigeant, souvent isolé, une façon d’assurer la continuité et la pérennité réelle de son entreprise consiste donc à organiser lui-même une reprise maîtrisée*

Il peut ainsi transmettre à un/ des repreneur(s) qui partage ses ambitions et ses valeurs, ou à ses salariés, mais encore faut-il que ce soit possible et qu’ils soient en mesure de financer l’opération, a fortiori si l’entreprise a déjà atteint une certaine maturité.

Il peut préparer et mettre en œuvre une véritable transmission familiale.

Il peut envisager sinon la pérennité de son organisation au sein d’une fondation d’entreprise, sur le modèle scandinave, dans l’esprit de la loi PACTE ou du rapport Sénard-Notat.

Mais, dans tous les cas, il aura besoin de temps pour anticiper : réfléchir, identifier, avancer, dialoguer, affronter, mettre en œuvre. Et se préparer.

* Deux reprises externes sur trois sont un échec par manque de préparation. Source BPI

ACCOMPAGNER LES CHEFS D’ENTREPRISES… EN AMONT !

Il s’agit ici pour nous de sortir du tabou de la transmission, du déni de la succession.

La transmission est un sujet complexe et multifactoriel augmentant avec la taille de l’entreprise où il existe souvent un amalgame/confusion entre transmission et cession.

Ce ne sont pas les obstacles fiscaux, juridiques, financiers qui bloquent aujourd’hui les projets de transmissions en effet, mais bien plus souvent la solitude du dirigeant face à cet enjeu essentiel, le manque d’interlocuteurs, de prise de paroles et d’échanges vrais sur le sujet.

C’est ainsi par une approche pragmatique, une meilleure connaissance des informations à traiter, mais aussi et surtout un accompagnement réel qu’une prise en compte effective de ce thème clé sera possible.

Il doit devenir en effet un véritable enjeu stratégique pour les dirigeants, au même titre que l’évolution technologique ou le développement durable : un véritable acte managérial.